Cneva.fr » Gérer son foyer » PERP : quelle est sa fiscalité ?

PERP : quelle est sa fiscalité ?

Le PERP est un produit d’épargne qui permet de bénéficier d’un complément de retraite ainsi que des avantages fiscaux.

Qu’est-ce que le PERP et comment ça marche ?

Le plan d’épargne retraite populaire est un produit d’épargne grâce auquel l’épargnant peut se constituer un complément de revenus à la retraite. Arrivé à la retraite, l’épargnant touche une rente viagère, autrement dit une rente qui lui sera versée jusqu’à son décès. Le souscripteur ne peut bénéficier de cette rente avant d’être arrivé à l’âge de la retraite. Avant cette date, l’épargnant ne pourra récupérer que 20% au plus du montant épargné sauf circonstances exceptionnelles (invalidité, arrêt des allocations chômage, achat d’une résidence principale ).

Ce produit n’est pas soumis à une limite d’âge et la souscription peut avoir lieu auprès d’une banque ou d’une assurance. Le souscripteur peut choisir d’effectuer des versements comme bon lui semble. Le montant épargné est augmenté chaque année avec taux variable (entre 2 et 2.5%) d’une banque ou assurance à une autre. L’épargnant doit être informé chaque année de la rente viagère qu’il pourra toucher. A l’instar de l’assurance-vie, le PERP donne la possibilité à l’épargnant de faire fructifier son capital en achetant avec une partie de ce dernier des actions .

Le PERP reste toutefois un produit assez coûteux compte tenu de ses frais d’entrée (ou les frais qui sont prélevés sur le premier versement puis sur chaque versement) assez élevés, de l’ordre des 4% mais qui peuvent être allégés pour des dépôts importants.

PERP et impositions

  • L’imposition pour la récupération du capital : si vous souhaitez récupérer les 20% de votre capitale, deux modes d’imposition peuvent être choisis : un prélèvement libératoire de 8% ou bien l’impôt sur le revenu.
  • L’imposition sur la rente viagère : la rente viagère s’avère moins avantageuse que quelques autres placements. Elle est soumise à l’impôt sur le revenu après un abattement de 10%.
  • Les avantages fiscaux sur les versements : les versements peuvent bénéficier d’une déduction, non pas des impôts directement, mais des revenus professionnels nets à hauteur de 10% dans une limite égale à 10% du PASS (Plafond annuel de la sécurité sociale), multipliée par 8. Ces 10% des revenus nets sont aussi le plafond de versement. Si vos revenus imposables sont inférieurs à 10% du PASS, vous pouvez déduire un montant maximal égal à ces 10% du PASS. Si vous n’avez pas utilisé votre droit de déduction, il est possible de le reporter sur les 3 années à venir. Avec un exemple tout va s’éclaircir : considérons une personne dont les revenus annuels sont de 42000 euros en 2018. Le PASS pour 2018 est 39732 euros, le seuil minimal est donc de 3973,2 euros. Il est soumis à une réduction du revenu net imposable de 10% soit 0.1*(47000-0,1*47000)= 4230 euros. Compte tenu de ses revenus, cette personne est soumise à 30% d’impôts ce qui signifie qu’elle économise 0.3*4230 = 1269 euros d’impôts.

Egalement disponibles :